mardi 25 octobre 2011

6mois après, critique de Unity

Voilà plus de 6 mois que j'utilise Unity, la nouvelle interface de Ubuntu. Je dois dire que contrairement à beaucoup j'ai plutôt bien accueilli le changement. Il faut dire aussi que je jongle quotidiennement entre Ubuntu, OS X et Windows, et j'aime particulièrement essayer et tester de nouvelles choses.


De l'espace pour se concentrer sur sa tâche

Principal bon point de mon point de vue, c'est que Unity fait la place aux application et limite tout ce qui pourrait faire perdre de l'espace ou détourner l'attention. Maximisez une application et vous ne voyez plus que cette dernière, hormis le menu en haut à gauche. La perte de place est inexistante, c'est l'idéal pour les résolutions basse et dans tout les cas, un minimum de chose est visible pour ne pas vous détournez de ce que vous faites.

Le menu global qui se trouve maintenant en haut de l'écran plutôt que sur chaque fenêtre, façon Mac OS X, vas aussi dans le sens du gain d'espace. Cependant son comportement peut dérouter le novice. Imaginons qu'on lui demande de trouver le menu "fichier", il ne le verra pas car il faut passer la souris sur la barre de titre pour faire apparaître le menu. Malgré tout on s'y fait vite et ce n'est pas dérangeant à l'usage.

La barre des tâches ayant disparu, il faut désormais compter sur le lanceur pour naviguer entre les applications. Le fait qu'il apparaisse avec un temps de retard est nécessaire afin de ne pas pointer son nez au moindre dérapage de souris, mais celà rend la navigation un peu plus fastidieuse qu'avec une barre des tâches dédiée. Résultat, le raccourci ALT+TAB devient vite indispensable, encore une fois ce sont les novices qui seront pénalisés.

Personnellement, je trouve la taille de base du lanceur trop grosse. Hélas pas d'option prévue pour changer ça, il faut installer un utilitaire dédié pour cela, dommage ça aurait tout à fait sa place dans les paramètres systèmes.

Le Dash, peut mieux faire

Une chose qui me manque de l'époque de Gnome 2, c'est le menu "Applications". Là ou le menu démarrer de Windows devenait inévitablement un foutoir inutilisable si l'utilisateur n'était pas un brin maniaque, le menu de Gnome 2 restait rangé, compact, clair et très intuitif. Il permettait notamment de savoir en quelques seconde ce qui était installé sur son ordinateur, si un vieux programme inutile était installé on s'en rendait compte très vite.


A l'ouverture, le Dash propose 3 choses, une champ de recherche, des lentilles, et un choix de 3 applications. Après 6 mois d'usage je n'ai jamais utilisé autre chose que la recherche, et pourtant ce n'est pas faute d'avoir testé.

Le recherche est efficace, habituellement il suffit de taper 3 lettres pour trouver l'application désirée, mais cela implique que l'on en connaisse le nom, une fois de plus tant pis pour les nouveaux. Il devrons se cantonner au lanceur ou aux lentilles.

Le choix arbitraire des 3 application (Firefox, Shotwell et Banshee) n'est pas utile ici selon moi. ce sont des applications à usage fréquent, donc on y accédera par le lanceur, pas besoin d'ouvrir le Dash pour cela. Il serait plus utile de voir afficher ici les 3 applications les plus utilisées ou dernièrement utilisée qui ne figurent pas dans le lanceur.

les petits travers du Dash


Allons plus loin avec le Dash et ouvrons la lentille "Applications". On retrouve sur la droite un menu avec les catégories que l'on avait dans Gnome 2, bonne nouvelle, sauf que sans icônes il est moins intuitif et l'affichage incomplet des applications viens tout mettre par terre.

Sur la droite on a 3 groupements :

Les applications les plus utilisées, bonne idée, hélas on y retrouve invariablement celle qui se trouvent dans le lanceur, le choix n'est donc pas très utile pour l'utilisateur, à moins de dérouler la liste pour avoir plus de choix; c'est le clic de trop pour que ça soit vraiment utilisable.

Ensuite on a la liste de toutes les applications, rangées par ordre alphabétique, à nouveau les 4 choix directement visible feront rarement mouche.

Enfin, on a une sélection aléatoire d'application disponible au téléchargement. Et c'est ce qui m'énerve franchement, le Dash est dans mon espace privé et je n'ai pas envie d'y voir de la réclame pour d'autres programmes dont je n'ai la plupart du temps pas besoin. Si cela peut éveiller la curiosité du novice, je trouve cela très intrusif à la longue, la logithèque est très bien pour les mettre en avant, mais pas dans le Dash, s'il vous plaît! Il n'y a hélas pas de moyen connu pour désactiver cet affichage.

Dash et fichiers, pourquoi pas

Étant très ordonné dans la hiérarchie de mes fichiers personnels, je n'ai pas souvent l'usage du Dash fichiers. Mais il faut reconnaître que le choix affiché est assez pertinent. Il manque par contre un outil pour empêcher l'affichage de fichiers privés que l'on ne voudrait pas voir apparaître en miniature dans le Dash.

Du coté de la musique  par contre, je n'en vois pas bien l'intérêt, Banshee ou tout autre lecteur moderne gère à merveille la bibliothèque musicale, et je ne ressent aucun besoin d'utiliser le Dash pour trouver ma musique.

Conclusion

Pour résumer, le bureau Unity est plutôt agréable en faisant place aux applications et non au gadgets. Si la recherche est efficace, le reste du  Dash mérite pas mal de peaufinement pour proposer des choix pertinents. Et surtout, le plus gros manque provient de l'absence d'outil de configuration pour personnaliser le lanceur et le Dash facilement.

Choses à changer ou améliorer après l'installation de Ubuntu 11.10

Un article de Andrew sur WebUpd8 initialement prévue pour donner des astuces après l'installation de Ubuntu 11.04, la plupart étant toujours d'actualité, je vous en propose ici une traduction adaptée.

Une note avant de lire cet article : Ne de laisser tomber Unity sans prendre la peine de l'essayer. Donnez lui sa chance pour quelques jours - oui, ce n'est pas un produit terminé, mais il est en vérité très intéressant - Et si finalement il ne vous convient pas, passez à autre chose.
 

Installer CompizConfig Settings Manager et ajuster Unity à vos besoins


sudo apt-get install compizconfig-settings-manager

Puis cherchez "CompizConfig Settings Manager" dans le Dash, vous trouverez les options relatives à Unity sous "Unity Compiz plugin". D'autres options sont sous d'autre plugins, faites donc un tour d'horizon.

En utilisant CCSM, vous pourrez régler le mode d'apparition du lanceur Unity, la façon dont il disparaît, changer les raccourcis clavier spécifiques à Unity, changer la taille des icônes, l'opacité de la barre du haut, changer différentes animations et pleins d'autres choses encore.

Dconf-editor, Un autre outil pour configurer des options cachées de Unity


Pour pouvoir l'utiliser, il vous faut installer dconf-tools:
sudo apt-get install dconf-tools
Appuyer ensuite ALT+F2, entrez "dconf-editor" et regardez sous desktop > unity.

Le Dash affiche vos fichiers privés ou votre collection porno ?


Installez Activity Log Manager pour Zeitgeist :
sudo add-apt-repository ppa:zeitgeist/ppa
sudo apt-get update
sudo apt-get install activity-log-manager 

Ouvrez-le, et dans l'onglet "Files", vous pouvez ajouter les dossiers que vous ne voulez pas voir apparaître. Vous pouvez aussi désactiver complètement Zeitgeist en cliquant le bouton "Logging active" tout en bas. Après cela plus aucun fichiers n’apparaîtra dans le Dash, il est donc recommandé d'ajouter certains dossiers ou applications dans la liste noire. Cet utilitaire peut aussi servir à vider l'historique de Zeitgeist.

Vous voulez voir l'utilisation de votre CPU/ram ?


La barre du haut de Unity n'accepte pas n'importe quel applet, seulement les "AppIndicators". Heureusement il existe un AppIndicator pour l'utilisation CPU et ram. Il se trouve dans la logithèque Ubuntu, installez le en cliquant ici. Et ouvrez le depuis le Dash.

Afficher la progression de synchronisation d'Ubuntu One

Ubuntu One est présent dans le lanceur Unity et dans le menu de messagerie, mais on ne vois nul part quand une synchronisation s'effectue.


Pour ajoutez un indicateur Ubuntu One, installez Ubuntu One AppIndicator :
sudo add-apt-repository ppa:rye/ubuntuone-extras
sudo apt-get update
sudo apt-get install ubuntuone-indicator

Puis lancez le depuis le Dash.

Il vous manque une façon rapide d’accéder à vos dossiers préférés?


Bien sûr vous pouvez les trouver avec le Dash, mais une solution plus rapide consiste à ajouter une liste rapide au lanceur Nautilus. Pour celà il faut éditer un fichier, appuyez sur ALT+F2 et entrez :
gksudo gedit /usr/share/applications/nautilus-home.desktop
A la fin du fichier ajoutez ceci :
X-Ayatana-Desktop-Shortcuts=Videos;Documents;Music;Pictures;Downloads

[Videos Shortcut Group]
Name=Vidéos
Exec=nautilus Vidéos
TargetEnvironment=Unity

[Documents Shortcut Group]
Name=Documents
Exec=nautilus Documents
TargetEnvironment=Unity

[Music Shortcut Group]
Name=Musique 
Exec=nautilus Musique
TargetEnvironment=Unity

[Pictures Shortcut Group]
Name=Images
Exec=nautilus Images
TargetEnvironment=Unity

[Downloads Shortcut Group]
Name=Téléchargements
Exec=nautilus Téléchargements
TargetEnvironment=Unity"
Vous pouvez personnalisez cette liste en ajoutant le chemin de votre dossier préféré en modifiant la ligne "Exec= nautilus /votre/dossier".
Pour qe ces changements apparaissent, reconnectez-vous ou relancez Unity :
Unity --replace

Menu global pour LibreOffice

Par défaut, Libre Office n’utilise pas AppMenu (le menu global) ce qui le rend inconsistant avec le reste des applications.


Pour y remédier, vous pouvez installer le menu global pour LibreOffice

Note: Il semble que ce menu ne fonctionne pas toujours correctement, donc si vous rencontrez des problèmes, vous pouvez simplement le désinstaller (recherchez "lo-menubar" dans la logithèque Ubuntu)

Affichez la météo dans la barre du haut


Installez Weather-indicator depuis les dépôts officiels, et lancez-le depuis le Dash.

Le Dash prend tout l'écran?

Ceci peut arriver sur les petits écrans et les netbooks.


Ceci de marchera pas sur tout les ordinateurs (comme un netbook 10") mais si vous avez une résolution assez grande, (par exemple 1366x768), vous pouvez rendre le Dash plus petit. Pour celà, ouvrez Dconf-editor et dans "desktop > unity" changer "Form-factor" sur "Desktop".

Le bouton "afficher le bureau" vous manque?



Lancez les commandes suivantes dans un terminal :
sudo apt-get install wmctrl
cd
wget http://webupd8.googlecode.com/files/showdesktop.tar.gz
tar -xvf showdesktop.tar.gz && rm showdesktop.tar.gz
sudo mv showdesktop /usr/local/bin/

Ensuite, allez dans votre répertoire home et glissez le fichier "showdestop.desktop" sur votre lanceur Unity. Vous pouvez aussi utiliser les touches SUPER+D (touche windows+D) pour afficher ou cacher le bureau.

Afficher à nouveau le systray (zone de notification)


La zone de notification n'est plus accessible à toutes les applications, pour remédiez à cela vous avez 2 solutions. Ouvrez Dconf-editor et dans "destop > unity > panel" vous pouvez soit ajouter avec une virgule le nom de l'application que vous souhaiter autoriser, par exemple avec Skype :
['JavaEmbeddedFrame', 'Wine', 'scp-dbus-service', 'Update-notifier', 'skype']

Ou remplacer la ligne par ['all'] pour autoriser toues les applications. Reconnectez vous pour que les changements prennent effet.

Vous n'aimez pas AppMenu (le menu global)


Pour le désactiver :
sudo echo "export UBUNTU_MENUPROXY=0" > /etc/X11/Xsession.d/81ubuntumenuproxy

et redémarrez.
Pour le réactiver :
sudo rm /etc/X11/Xsession.d/81ubuntumenuproxy

Il y a trop de périphériques montés sur le lanceur?


Cachez-les avec la commande suivante :
gsettings set com.canonical.Unity.Devices devices-option "Never"

Vous n'aimez pas les nouveaux ascenseurs?


désactivez-les :
echo "export LIBOVERLAY_SCROLLBAR=0" > /etc/X11/Xsession.d/80overlayscrollbars

Vous voulez plus d'indicateurs?


Il en existe une foule décrits sur cette page de AskUbuntu avec indication du PPA correspondant pour les installer.

jeudi 20 octobre 2011

Blender 2.60, Notes de version

Blender 2.60 vient de sortir, voici ma traduction des notes de version pour les fonctionnalités principales. L'article original est ici.


Audio & Vidéo

L'audio et les objets "haut-parleur" ont été ajoutés, ainsi que des amélioration variés au système sonore. Il est maintenant possible d'ajouter des objets haut-parleurs dans la scène, faire une animation et mixer le résultat dans un fichier audio.

Animation

L'amélioration du système d'animation est terminée, spéciale met en ce qui concerne l'utilisabilité et la finition de l'interface. Cela inclus des changements dans l'éditeur de graph, l'éditeur de dopesheet, l'éditeur NLA, les courbes, les drivers, les contraintes, les poses, ...
Intégration  Collada  a été améliorée, rendant l'importation et l'exportation plus complète en réglant divers problèmes, spécialement liés aux armatures et à l'animation.

Groupes de sommets

Les modificateurs de groupes de sommets ont été ajoutés. Il y a trois modificateurs : un pour éditer les groupes de sommets existants, un pour mélanger les groupes ensembles, et un autre pour générer des groupes basés sur la proximité des autres objets.
Des outils de weight painting ont été ajoutés pour verrouiller des groupes de vertex, maintenant automatiquement le rapport entre les différents os et améliorant la déformation des sommets.

Internationalisation

l'internationalisation et le support pour les fontes non-occidentales ont été ajoutées, afin d'afficher l'interface dans des langues différentes de l'anglais. La traduction dans les langues les plus courantes est en cours et les volontaires sont les bienvenus pour contribuer aux traductions.

Moteur de jeu

Les mailles de navigation ont été ajoutées pour le moteur de jeu. Utilisées pour la recherche de chemins, afin que les acteurs trouvent le chemin menant à une cible ou fuir cette dernière. Cette fonctionnalité a été implémentée en utilisant les librairies "Recast" et "Detour"

Les paramètres de textures de faces ont été déplacées dans les matériaux, pour des question de consistance et pour une édition plus facile. Les fichiers existants peuvent nécessiter des changements.

L'animation dans le moteur de jeu a été améliorée en interne, avec comme principal changement visible l'unification des F-Curves et des "Shape action actuators" dans un unique "Action Actuator", qui inclus désormais le supports des calques.

Plus de fonctionnalités

Diverses autres fonctionnalités ont été ajoutées, notamment un nœud de trames, des opérateurs utilitaires pour l'éditeur de séquences, une recherche dans l'outliner améliorée, le dessin de lignes polygonales pour le crayon gras, des amélioration de performances, ...

Python

Les nouvelles fonctionnalités de l'API Python incluent des rappels pour divers événements, exportation de shaders GLSL, le chargement et la sauvegarde de textures d'environnement, l'évaluation de textures et divers autres utilitaires.
Le comportement de la multiplication Vector() * Matrix() a aussi été modifiée, cela peut demander des mise à jour de scripts.

The behavior of Vector() * Matrix() multiplication was also modified, this may require some script updates.

Liste des changements

Addons

Deux nouveaux addons ont été ajoutés à la nouvelle version : "Screencast keys", pour montrer les touches actionnées lors de la réalisation de tutoriels vidéo et "Motion Capture Tools", qui inclus divers outils pour travailler avec des captures de mouvements.
Il y a également divers corrections et améliorations pour les importateurs et exportateurs, le panneau de mesures, la palette de peinture, le chargeur renderfarm.fi, ... voir la liste des changement des addons pour plus de détails.

Correction de bugs

Alors qu'énormément de fonctionnalités ont été ajoutées, beaucoup de bugs ont également été corrigés, voyez la liste des 165 bugs notables erradiqués.

vendredi 14 octobre 2011

Inkscape : dessin vectoriel

Inkscape a donné un bon coup de dépoussiérage sur ce qu'on pouvait penser des logiciels d'illustrations vectorielle, son approche novatrice et son ergonomie me donne vraiment du plaisir à utiliser. Pour en avoir fait usage professionnellement depuis plus de 5ans, je dois dire qu'il dépasse Adobe Illustrator pour certaines tâches. Bien sûr il ne propose pas d'autant de fonctionnalités que le dinosaure de l'illustration, mais c'est aussi une de ses forces, rester consistant et simple tout en conservant un grand potentiel de créativité.

Ci-dessus, une reproduction vectorielle d'une œuvre de "Choco", son site internet : Chocolate Shop Float

Inkscape peut servir à créer des illustrations, des logos, des icônes, concevoir le graphisme d'un site, bref, pleins de choses. Et si vous avez l'étrange habitude de faire vos flyers et autres affiches dans Office, essayez le, vous serez soulagés. ;)
Il est intéressant de savoir que la plupart des icônes de Gnome (et probablement d'Ubuntu) ont été créés avec Inkscape.

Je vais vous présenter ici quelques fonctionnalités pratiques qui se démarquent des autre logiciels du genre.

Édition des nœuds

Quand vous passez en mode d'édition de nœuds, Inkscape affiche automatiquement une barre d'outils dédiée à cette tâche. Grâce à ces icônes intuitives, il est facile de manipuler précisément les nœuds sans avoir à mémoriser une foule de raccourcis claviers.



Transparence et dégradés

Chaque couleur et chaque objet dans Inkscape prend en compte la transparence et cela simplifie grandement la vie dans bien des cas.

 

Comme on le voit dans la capture ci-dessus, à chaque objet peut être attribué un effet de flou, qui permet de crée facilement des ombres et autres effet de lumière.

Ci-dessous, un rectangle flou comportant un dégradé dont une couleur est transparente. Notez les poignées directement sur l'objet pour positionner précisément le dégradé.


Sans passez en revue tout les outils disponibles, on notera l'outil calligraphie qui est très efficace avec une tablette graphique.

 
Le spray permet de peindre avec des formes, utile pour faire de l'herbe ou des traînées d'étoiles. Inkscape intègre aussi un puissant outil de clonage permettant de créer des pavages complexes automatiquement.

Pour terminer ce billet, je ferais un peu de pub pour le webcomic d'un ami : Stuntmanburt.com.  Bien que conçu sous Illustrator par son auteur, je reprend chaque strip sous Inkscape pour le mettre au format définit pour le site, refaire les lettrages et quelques petite correction de dernière minute.

jeudi 13 octobre 2011

Handbrake : Rippez vos DVD et plus encore

A l'image de la musique, il devient de plus en plus pratique d'avoir sa collection de films sur son disque dur plutôt que sur son étagère (quoique on puisse garder l'étagère, ça décore). Rippez ses DVD est donc une bonne solution, surtout si vous avez un media-center ou simplement si vous voulez l'avoir sur votre lecteur portable ou téléphone.


Handbrake est là pour le faire de façon simple, efficace, rapide et avec le moins de perte de qualité. Je vais vous présentez ici un exemple d'utilisation courant qui vous permettra de vous confectionner une vidéothèque virtuelle.

Installation

Initialement développé pour OS X, ce logiciel est depuis quelques années disponible pour Linux et Windows.
Handbrake n'étant hélas pas encore dans les dépôts officiels Ubuntu, il vous faudra ajouter le PPA du projet.

Pour celà, ouvrez la "Logithèque Ubuntu", puis dans "Edition > Sources de logiciels" allez dans l'onglet "Autres logiciels", cliquez sur "Ajouter" et copier ceci :
deb http://ppa.launchpad.net/stebbins/handbrake-releases/ubuntu natty main 
 (Le "natty" est à remplacer par votre version d'Ubuntu)
Fermez, et laissez la logithèque se mettre à jour, puis rechercher "Handbrake" pour l'installer.

Utilisation basique, encoder en 3 clics

C'est la force de Handbrake, simple d'utilisation tout en offrant un résultat irréprochable.
Premièrement insérez votre DVD dans votre lecteur. Cliquez sur "Source" et sélectionnez votre disque.
Handbrake vas lire la table des matières de votre DVD et selectionner automatiquement le titre le plus long, si besoin vous pouvez selectionner un autre titre avec la liste déroulante "Title"

Les réglages par défaut sont bien pensés pour une utilisation courante, si vous désirez garder les éventuels sous-titres, allez dans l'onglet "Subtitles" et ajoutez les langues que vous souhaitez.


Il ne vous reste plus qu'a choisir un nom de fichier et le dossier ou l'enregistrer dans la partie "Destination" et de cliquer sur le gros bouton "Start".

Dans une petite demi-heure environ votre film sera prêt à être visionné. Le temps d'encodage varie évidemment selon votre processeur. Par exemple sur mon humble Core i3 un film de 2 heures demande 20 minutes de calcul.

Résultat avec les réglages de base

Aller plus loin

Dans un prochain article je vous détaillerais les réglages possibles et mes astuces pour perfectionner le résultat.

lundi 10 octobre 2011

Pitivi 0.15 - Montage vidéo en 2 temps, 3 mouvements

Pitivi est le programme de montage vidéo installé par défaut dans Ubuntu depuis 2010. Encore très basique, c'est heureusement un projet libre qui évolue rapidement. Nous allons voir ce qu'il permet de faire dans sa version 0.15 qui devrait être incluse dans Ubuntu 11.10.


Des effets

Nouveauté qui tape à l’œil, une pléthore d'effets est à disposition. Si certains font très jouet, d'autres, comme la correction des couleurs ou le chroma keying,  étendent vraiment les possibilités du logiciel. Même chose pour les transformations d'images qui permettent de zoomer, tourner et déplacer l'image, de quoi composer des montages assez complexes.

Ergonomie

Le plus gros avantage de Pitivi selon moi est son ergonomie. On glisse, on dépose, on bouge on zoom, la timeline est très naturelle et pratique à utiliser. Voici quelques petites astuces pour vous faciliter encore plus la vie :

En déplaçant un clip avec la touche Maj enfoncée, la suite de la timeline bouge également avec.


Avec la touche Ctrl, on passe en mode "roll" et on peut ajuster une coupure sans avoir à modifier les 2 clips séparément.

 

Pour les anglophones, je vous propose de regarder ce screencast pour plus d'informations sur les nouvelles fonctionnalités de Pitivi 0.15.

A suivre

Pitivi a donc fait un bon pas en avant, il lui reste du chemin avant de devenir un incontournable, la prévisualisation pourrait demander moins de ressources, et il y a quelques petits bugs notamment quand il s'agit de faire fondus enchaînés. Les pré-réglages de rendus peuvent également être améliorés pour simplifier la vie de l'utilisateur.

Pitivi reste tout de même un des meilleurs logiciel de montage libre et un des plus prometteur. 

Pour conclure, voici un petit montage réalisé avec Pitivi.